Accueil > Événements > Organisations et Société civile > Geneva UnderCover promeut l’accès à l’eau potable

2015

Geneva UnderCover promeut l’accès à l’eau potable

Article créé le 8 octobre 2015, dernière mise à jour 27 octobre 2015


Voir en ligne : Geneva UnderCover

Nous rencontrons Celina Kosinski, fondatrice de Geneva UnderCover, qui est une plate-forme dédiée à l’environnement   et l’éducation, essentiellement destinée aux étudiants et ONG.

Celina Kosinski, pouvez-vous nous présenter Geneva UnderCover ?
J’ai créé en 2009 au cœur de la « City » de Genève, un magazine intitulé Geneva UnderCover, qui présentait des événements culturels du centre-ville et dont je connaissais les organisateurs. Le magazine a été un succès dès le départ car il répondait à un besoin des gens actifs et fatigués de la déshumanisation sur leur lieu de travail  , de recevoir une approche à la fois vécue, ludique et académique de la vie culturelle locale.
Lorsque j’ai rencontré la responsable des périodiques de la Bibliothèque scientifique d’art et d’archéologie de la Ville de Genève, elle n’a que confirmé cette nécessité dans ses rayons, par conséquent la bibliothèque a rapidement accepté le magazine. Cela a intégré Geneva UnderCover online au réseau RERO des bibliothèques universitaires de Suisse occidentale, ce qui ensuite, a servis d’assise académique à la nouvelle plate-forme que j’ai créée en 2014 sous le même nom. Le lien virtuel du RERO, dorénavant établi entre la plate-forme et les étudiants, correspondait en effet à ma nouvelle optique. J’ai alors arrêté la version papier du magazine pour ne publier que des articles online. J’ai fait table rase des rubriques culturelles, pour redonner une identité uniquement orientée vers les sciences de l’environnement  .

Geneva UnderCover se charge de promouvoir les activités de Viva con Agua en Suisse romande. En quoi consiste ce partenariat ?
J’ai rencontré en 2014 le team suisse de Viva con Agua à Lucerne. Cette ONG allemande s’occupe principalement de collecter des fonds lors des grands festivals d’été, des manifestations sportives populaires et tout autre événement qui bouge, qui attire des foules d’étudiants et jeunes actifs en pleine effusion. Viva con Agua Suisse est soutenue par l’ONG nationale Helvetas, pour ensemble améliorer l’accès à l’eau   potable dans les pays en développement   et faire prendre conscience aux jeunes générations européennes, des menaces qui pèsent sur notre ressource en eau  . Viva con Agua a un succès foudroyant et grandit très rapidement. En quelques années, elle a installé des bureaux en Allemagne, en Suisse, en Autriche et en Espagne.
J’ai dès le départ proposé au team suisse de l’aider à faire la promotion de l’ONG par l’intermédiaire de Geneva UnderCover, ce qui l’a de suite enthousiasmé. Jusqu’à maintenant, le team suisse s’est occupé de la partie allémanique mais se lance à la « conquête de l’Ouest » dès 2016. Etant fribourgeoise, j’ai l’habitude de naviguer entre les cultures allémanique et romande. J’ai par ailleurs choisi la thématique des sciences de l’eau   pour le MUSE. Viva con Agua m’a donc proposé de mettre en action ces deux atouts pour que je l’aide à se faire connaître en Suisse romande, en fonctionnant dans un premier temps comme intermédiaire entre mes contacts ici en Romandie, et le siège à Lucerne.

Vous êtes étudiante au sein du Master universitaire en sciences de l’environnement   (MUSE) ; de quelle façon ce Master se retrouve dans Geneva UnderCover ?
J’ai eu l’idée de créer une plate-forme à orientation scientifique à la fin de ma première année d’étude pour le MUSE. Mes cours du MUSE ont été l’inspiration qui m’a motivée à construire cette plate-forme. Mes articles traitent de sujets qui me passionnent, aussi bien dans les domaines scientifiques de la géologie, l’hydrologie, la glaciologie liée au changement climatique, qu’en écologie humaine, en particulier la responsabilité sociale, l’accès à l’eau   potable et à l’éducation, la remise en question de l’agroalimentaire. Je m’intéresse spécifiquement aux activités, recherches et projets de collaborateurs scientifiques, professeurs et étudiants de l’Institut des sciences de l’environnement   et de la Section de la terre et de l’environnement   de l’Université de Genève.
C’est pour cette raison que j’ai conservé le nom de Geneva UnderCover car un des buts de la plate-forme est de faire connaître extra-muros le monde académique de Genève, pour transmettre notre savoir et savoir-faire à ceux qui ne bénéficient pas de la qualité d’enseignement que nous avons ici à Genève.

Pour en savoir plus :