Accueil > Repères > Théorie, enjeux et débats > Stock de capital : durabilité faible et forte

Stock de capital : durabilité faible et forte

Article créé le 1er février 2016, dernière mise à jour 2 décembre 2015


Voir en ligne : Le modèle du stock de capital

Le modèle du stock de capital, a été mis au point par la Banque mondiale en 1994. Il se base sur l’hypothèse que les stocks de capital sont au nombre de trois : l’environnement  , l’économie et la société  . Le capital de durabilité se constitue de la somme des trois stocks de capital.

Les conceptions du développement durable   sont nombreuses. Elles traduisent une interprétation ou une orientation théorique différente du concept de durabilité. Du modèle du stock de capital découle deux approches, deux conceptions du développement durable   : la durabilité faible et la durabilité forte.
La durabilité faible admet le principe de substitution entre les stocks de capitaux, du moment que la somme totale des stocks reste inchangée.
La durabilité forte, quant à elle, considère que les trois stocks ne sont pas substituables, mais qu’ils doivent être perçus comme complémentaires.

En Suisse, le Conseil fédéral a adopté une position médiane entre durabilité faible et forte, que les milieux scientifiques appellent « sensible sustainability » ou durabilité faible « Plus ». Cette approche admet une interchangeabilité limitée entre les stocks de capital, pour autant que les seuils pour chacun des stocks de capital ne sont pas dépassés. Les dépassements du seuil ne peuvent en effet pas être compensés par l’augmentation d’un autre stock de capital. Les limites critiques, telles que les normes écologiques concernant la santé   (pollution   atmosphérique), les normes sociales (égalité des chances, revenu minimum, conditions de vie dignes, etc.), ou la garantie du respect des droits humains   constituent des exigences minimales et des seuils non négociables.

Source :

Pour en savoir plus :