Accueil > Événements > Publications > Rapport de la Commission sur la Mesure de la Performance Économique et du (...)

2009

Rapport de la Commission sur la Mesure de la Performance Économique et du Progrès Social

15 septembre - "Rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi"

Article créé le 20 décembre 2011, dernière mise à jour 20 décembre 2011


Voir en ligne : Le rapport

Le rapport de la Commission sur la Mesure de la Performance Économique et du Progrès Social a été rédigé sur la demande du Président Sarkozy afin de revisiter les indicateurs de progrès social et du développement durable   économique. Il présente une critique de l’unilatéralité de l’indicateur PIB ainsi qu’un ensemble de recommandations afin d’étudier ou d’utiliser d’autres indicateurs en complément au PIB, ou en alternative au PIB, afin de mesurer le progrès social et le développement durable   économique.

Ce rapport est issu de la Commission du même nom, créée au début de 2008 sur l’initiative du gouvernement français afin de revisiter les indicateurs de progrès social et du développement durable   économique.

*La Commission est présidée par le professeur Joseph E. Stiglitz, de l’université de Columbia. Le professeur Amartya Sen, de l’université de Harvard, est conseiller du président. Le professeur Jean-Paul Fitoussi, de l’Institut d’Études Politiques de Paris, président de l’Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE) est coordinateur de la commission. Ont collaboré à l’élaboration du rapport une dizaine de prix Nobel d’économie et d’experts économiques venus de différentes spécialités (finance, économie féministe, économie de l’environnement  , économie du changement climatique, théoricien de la croissance, des indicateurs du développement  , du développement durable  …).

Le rapport présente une critique de l’unilatéralité de l’indicateur PIB ainsi qu’un ensemble de recommandations afin d’étudier ou d’utiliser d’autres indicateurs en complément au PIB ou en alternative au PIB afin de mesurer le progrès social et le développement durable  . Il s’agit d’indicateurs du bien être économique, IDH, IPH, indicateurs de l’OCDE, Indice de développement durable   comme les empreintes carbone, empreinte écologique, empreinte en utilisation de l’eau  , EPI, ESI, tableau environnemental de l’OCDE, ONU, de l’épargne nette ajustée [1], du PIB vert

Ce document présente la particularité d’avoir été construit autour d’un consensus plus ou moins établi sur l’idée de la remise en cause de l’universalité de l’indicateur du PIB en ce qui concerne la représentativité du progrès social et du développement durable   économique. Ce constat de consensus est d’autant plus surprenant que les spécialistes des indicateurs de bien être, et de développement   l’ont déjà fait depuis déjà deux décennies. De ce fait, il transparaît dans l’ensemble de ces propositions de renouvellement d’indicateurs des mesures du progrès social et du développement durable  , une disharmonie de discours entre ceux qui admettent tout juste que le PIB n’est pas suffisant et admettent la nécessité de compléter cet indicateur et ceux qui ont déjà travaillé sur des alternatives plutôt que des compléments. Nous pouvons ressentir également la touche de certains experts selon les paragraphes (ex. : Amartya Sen et les capabilities), ce qui ajoute au ressenti de manque de cohésion synthétique de ce rapport. Ce manque de cohésion est sans doute la raison qui va déterminer les marges de manœuvre d’applicabilité des recommandations de ce rapport.

La deuxième particularité de ce rapport est le choix dans la traduction française du mot soutenabilité et de certains termes très porteurs de sens. En effet, les définitions ne sont clairement établies – ni la soutenabilité, ni le progrès social…-, mais les sensibilités et les perceptions peuvent malgré tout ressortir à travers le choix des mots (non neutres).

*Commentaire de Pauline Plagnat, Groupe Ecologie humaine  , ISE, 21 octobre 2009

Réflexions et vue d’ensemble des questions abordées, par les auteurs principaux

Site de la Commission sur la Mesure de la Performance Économique et du Progrès Social


[1L’épargne nette ajustée (genuine savings) est un indicateur de soutenabilité construit sur le concept de la "comptabilité nationale verte". Elle mesure ainsi le taux d’épargne d’une économie après avoir pris en compte les investissements en capital humain, la déplétion des ressources naturelles et les dommages causés par la pollution. (Source : Site Internet de la Banque Mondiale)