Accueil > Événements > Faits marquants > Accaparement de terres agricoles

2007

Accaparement de terres agricoles

Article créé le 13 octobre 2011, dernière mise à jour 6 janvier 2015


Voir en ligne : Land grab or development opportunity, IIED, FAO, IFAD 2009

L’accaparement transnational de terres agricoles par des États ou par des entreprises du secteur privé est une pratique de plus en plus courante, notamment après la crise alimentaire de 2008.

Dénommée en anglais "Large scale land acquisitions" (LSLA), cette pratique consiste à acquérir des grandes superficies de terrain cultivable généralement dans les pays du Sud afin de répondre à la demande croissante alimentaire ou énergétique (production d’énergie à partir de biomasse) du pays investisseur. Différentes modalités peuvent se décliner pour acquérir ces terres, i.e. la location sur une longue période, le rachat auprès d’un ou de plusieurs acteurs, publics ou privés.

Plusieurs impacts environnementaux et sociaux peuvent en découler :
- diminution de la biodiversité   et dégradation du sol dus aux monocultures intensives ;
- insécurité alimentaire et spéculation sur les denrées ;
- compétition hydrique, pression foncière et mise à mal des droits fonciers ;
- disparition de zones de forêts ou pâturages.

Sources :
- The rush for land and its potential environmental consequence, UNEP
- Biomass energy : Another driver of land acquisitions ?, IIED

Pour en savoir plus :
- L’accaparement des terres, dossier d’Alliance Sud
- Land and Power, the landing scandal surrounding the new wave of investments in land, Oxfam
- Appel de Dakar contre les accaparements de terres