Accueil > Événements > Organisations et Société civile > Matériuum - Un projet de "ressourcerie" à Genève

2015

Matériuum - Un projet de "ressourcerie" à Genève

Article créé le 1er octobre 2015, dernière mise à jour 14 janvier 2016


Voir en ligne : Site officiel de Matériuum

Aujourd’hui, nous rencontrons Audrey Lecomte et Guillaume Massard, de l’association Matériuum ; une association genevoise cherchant à collecter, valoriser et revendre les matériaux réutilisables voués à être jetés, auprès des lieux culturels et entreprises privées du canton de Genève.

Quelles sont les raisons qui vous ont motivé à créer Matériuum ?
Nous sommes une équipe avec des compétences diverses - des spécialistes en flux de matières et d’énergie, en design, en développement durable  , en pédagogie, en art et en commissariat d’exposition. Nous avons fait le constat que trop de matériaux de bonne qualité utilisés par le milieu culturel finissaient leur vie dans un incinérateur. Au cours de nos premières discussions il y a un an, nous avons rapidement observé qu’il n’existe pas de structure facilitant le réemploi à Genève, ni dans le milieu culturel, ni d’ailleurs dans nos domaines respectifs.
Nous avons donc lancé notre projet en nous focalisant sur la matière brute de réemploi (bois, visserie, textile, etc.). Mais nous avons aussi réfléchi à un service lié aux objets manufacturés - type vitrine, par exemple - où nous cherchons vraiment à réveiller les stocks dormants des institutions en les mettant à disposition des créateurs.
Nos services seront "ouverts" dès le 1er octobre 2015, l’adhésion à l’association est quant à elle possible dès aujourd’hui.

Quels sont vos objectifs ?
L’objectif de Matériuum est triple :

  • Collecter, valoriser, répertorier et faciliter l’accès à la matière première auprès d’institutions culturelles et bientôt d’entreprises privées ;
  • Revendre cette matière première à des créateurs/créatifs et constructeurs ;
  • Sensibiliser le public, mais aussi les professionnels, au réemploi et la réutilisation.

Dans un avenir relativement proche, nous aimerions mettre sur pied un grand dépôt. Idéalement, nous aimerions transformer Genève en une ville qui réutilise ses propres matières, notamment en incitant à la création autour du réemploi !

Pouvez-vous nous en dire plus sur le concept de réemploi ?
Matériuum se base sur l’idée du réemploi, c’est-à-dire de se servir d’un matériau, d’un objet ou d’une partie d’un objet pour un nouvel usage. On "détourne" ainsi l’intention de l’objet de base, tout en conservant sa forme, ainsi que les matériaux dont il est composé. C’est une façon de garder une trace de l’histoire de l’objet. Nous encourageons également un processus de créativité car les personnes ayant recours à nos matériaux se doivent de faire avec ce qu’il y a, s’adapter, partir de l’existant pour générer des idées. Matériuum est d’ailleurs une "ressourcerie", qui propose de la matière à laquelle on donne un cycle de vie supplémentaire.

Comment voyez-vous évoluer le domaine de la gestion des déchets en région genevoise dans les 5 prochaines années ?
A l’heure actuelle, le recycleur choisit les débouchés des déchets qu’il collecte sur un marché libre, et les entreprises, si elles doivent montrer que le devenir de leurs déchets est conforme à la loi, s’impliquent peu dans le devenir final. En favorisant les circuits courts, les ressourceries offrent une nouvelle filière aux recycleurs et aux entreprises. Le changement dans la gestion des déchets en région genevoise passe par des initiatives locales, et notamment par des activités de sensibilisation.


Après avoir remporté la bourse cantonale du développement durable en 2015, Matériuum a été sélectionné pour le prix IDDEA, deux événements qui témoignent du dynamise de l’association !